Événements

Soutenance de thèse - Marie-Hélène Morin

« S’ADAPTER LORS DU PREMIER ÉPISODE PSYCHOTIQUE D’UN JEUNE ADULTE : PERSPECTIVES NOUVELLES POUR L’INTERVENTION FAMILIALE ET LES PRATIQUES COLLABORATIVES DANS LE DOMAINE SOCIAL EN SANTÉ MENTALE »

 Membres du jury:

 

Myreille St-Onge

Directrice de thèse

École de service social

Université Laval

 

Daniel Turcotte

 

Professeur

École de service social

Université Laval

 

Bernadette Dallaire

Professeure

École de service social

Université Laval

 

Carl Lacharité

Professeur et examinateur externe de la thèse

Département de psychologie

Université du Québec à Trois-Rivières

 

 

 

 

 

 

 

 

 La soutenance sera sous la présidence de Monsieur Patrick Villeneuve, directeur du programme de doctorat et professeur à l’École de service social, Université Laval.

RÉSUMÉ

Lors d’un premier épisode psychotique (PEP), ce sont plus particulièrement les parents qui sont sollicités pour exercer un rôle de soutien pour leur jeune adulte et contribuer aux interventions précoces favorisant la réadaptation et le rétablissement. Les programmes d’intervention précoce basés sur les bonnes pratiques de traitement de la schizophrénie doivent inclure de l’intervention auprès des familles. Si des interventions familiales tendent à être offertes, on en connait peu sur les facteurs qui prédisent l’adaptation des parents lorsqu’ils exercent un rôle de soutien dans ce contexte particulier.

Dans cette étude doctorale, un modèle d’adaptation a été testé auprès de 58 parents et beaux-parents qui ont reçu des services d’une clinique spécialisée dans le traitement des troubles psychotiques en début d’évolution. La posture initiale qui a guidé le choix des variables était que de s’adapter dans le contexte d’un PEP peut être une occasion de développement, voire même de croissance personnelle. Les résultats obtenus aux analyses statistiques permettent de comprendre l’adaptation de manière systémique en tenant compte de l’interinfluence des facteurs personnels (certaines caractéristiques des parents) et des facteurs environnementaux (caractéristiques liées à l’intervention). Le modèle d’adaptation final invite à dégager des cibles d’interventions qui peuvent entraîner le développement d’un pouvoir d’agir plus grand chez les parents, de même que le maintien de leur fonctionnement social.

La participation à des stratégies actives d’adaptation comme celle de s’engager dans l’intervention familiale et de développer une relation de collaboration avec les travailleuses sociales sont des contributions nouvelles au phénomène de l’adaptation chez les parents qui exercent un rôle de soutien. Miser sur l’intervention précoce, favoriser la participation active des parents et des personnes atteintes d’un trouble psychotique à des rôles sociaux valorisants, encourager le recours à une gamme de services offerts en partenariat font partie des recommandations formulées à la lumière des résultats obtenus dans cette thèse.

Date et heure
Vendredi 17 octobre 2014 à 9 h 30

Lieu
Local 3632 - Pavillon Louis-Jacques-Casault - Université Laval