Événements

Soutenance de thèse - Élise Milot

« ÉTUDE EXPLORATOIRE DES REPRÉSENTATIONS SOCIALES DE LA PARENTALITÉ VÉCUE PAR LES PERSONNES PRÉSENTANT UNE DÉFICIENCE OU UNE LENTEUR INTELLECTUELLE »

Membres du jury: 

Daniel Turcotte

Directeur de thèse

 

École de service social
Université Laval

Sylvie Tétreault

 

Codirectrice de thèse

Département de réadaptation

Faculté de médecine
Université Laval

Louise Picard

Professeure

École de service social

Université Laval

Francine Julien-Gauthier

Professeure

Département des fondements
et pratiques en éducation

Faculté des sciences de l’éducation

Université Laval

 

Diane Dubeau

Examinatrice externe

Professeure

Département de psychoéducation

et de psychologie

Université du Québec en Outaouais
(Campus de St-Jérôme)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La soutenance sera sous la présidence de Monsieur Patrick Villeneuve, directeur du programme de doctorat et professeur à l’École de service social, Université Laval.

RÉSUMÉ

Bien que la parentalité soit un droit reconnu à tout citoyen canadien, son exercice soulève différents enjeux lorsqu’il s’agit de personnes vivant avec une déficience ou une lenteur intellectuelle (DI/LI). Une pleine reconnaissance de leur droit à la parentalité exige bien souvent la mise en place de services de soutien offerts dans un climat de coopération. Or, la collaboration entre les parents et les intervenants impliqués peut se buter à différents obstacles tels que l’absence ou l’insuffisance des services et la présence d’attitudes négatives à l’égard de ces personnes et, plus particulièrement à l’égard de la possibilité qu’elles deviennent parents. Afin de mieux comprendre cette situation, la recherche qualitative menée dans le cadre de cette thèse de doctorat en service social s’est intéressée aux représentations sociales (RS) de la parentalité des personnes ayant une DI/LI chez des intervenants et chez des parents présentant cette condition. Vingt-sept professionnels et neuf parents ont participé à des entrevues individuelles semi-structurées. Les données colligées ont permis d’établir différents constats. D’abord, plusieurs facteurs liés à l’expérience et au contexte de la pratique sont en lien avec les RS des intervenants. Entre autres, leur attitude à l’égard de la parentalité est moins favorable s’ils estiment que ces parents n’ont pas accès à des services qui soutiennent réellement l’exercice de leur rôle parental. Sur ce plan, ils estiment qu’ils ne disposent pas des connaissances nécessaires à une intervention adaptée. Ils soulignent que la collaboration entre les partenaires impliqués dans l’aide à ces parents est altérée par l’ambiguïté de leurs rôles et par les difficultés d’arrimage des mandats. Du côté des parents, les RS se distinguent selon leur situation. Pour les personnes ayant la garde de leur enfant, la parentalité symbolise l’accès à un rôle hautement désiré dont l’exercice suscite fierté et détermination. Pour celles dont l’enfant a été placé en milieu substitut, la parentalité est associée à des sentiments d’injustice et de disqualification. Néanmoins, le soutien dont certains parents ont bénéficié au sein de leur communauté d’appartenance leur a permis de développer une identité parentale positive.

 

Date et heure
Mardi 19 août 2014 à 10 h

Lieu
Local 2770 - Pavillon Ferdinand-Vandry - Université Laval