Événements

Déontologie policière québécoise : beaucoup de contrôles, peu de sanctions

Comme tout outil visant à réprimer la violation d’une règle, le mécanisme de déontologie policière est, au delà de sa fonction répressive, un outil de contrôle social de l’activité policière. Bien que le système semble cohérent et efficace, une analyse de la pratique déontologique et des sanctions prises au Québec nous amène à nous interroger sur son efficacité réelle.

Stéphane Berthomet

Stéphane Berthomet a travaillé de nombreuses années dans le milieu policier en France, en particulier dans la lutte antiterroriste, avant de s’orienter vers une nouvelle carrière. Il a écrit ou coécrit six ouvrages sur des sujets liés à la police, le terrorisme et la sécurité. Son livre, Enquête sur la police, paru chez VLB éditeur en 2013, l’a amené sur la scène policière et judiciaire québécoise en tant qu’analyste auprès de différents médias. Il collabore notamment avec le réseau CBC - Radio-Canada tout en se consacrant à de la recherche sur les phénomènes de radicalisation et de terrorisme. Il est Codirecteur et cofondateur de l’Observatoire sur la radicalisation et l’extrémisme violent et chercheur associé au CIRRICQ (ENAP), ainsi qu’au Centre Français de Recherche sur le Renseignement à Paris (CF2R).

Déontologie policière québécoise : beaucoup de contrôles, peu de sanctions

 

 

Date et heure
Lundi 31 octobre 2016 de 11 h 30 à 13 h

Lieu
Pavillon Ferdinand-Vandry, local 1226