Coopération internationale

 
Les relations sur le plan international

L’École est impliquée dans plusieurs projets de collaboration internationale. Ceux-ci s'inscrivent à l'intérieur de la politique de l'Université qui donne une très grande importance à cette dimension d'échanges et d'ouverture sur les milieux internationaux en rapport avec les fonctions universitaires d'enseignement, de recherche et de services à la collectivité. Les projets de coopération internationale de l’école sont développés en étroite collaboration avec le Bureau International.

L'ensemble des activités de coopération couvre trois volets:

  1. la formation des étudiants d'origine étrangère,
  2. la réalisation de recherches sur le plan international,
  3. la mise à la disposition de la communauté internationale de l'expertise des membres du corps professoral de l'École.

La philosophie sous-jacente est à ces activités s'inscrit dans la ligne de la promotion du changement et du développement social positif et durable. Les activités de coopération permettent d'enrichir l'expertise réciproque dans un esprit de partenariat. Il revient à nos partenaires, lorsqu'ils sollicitent notre participation, de demeurer les premiers agents de changements. Elle vise à accroître les habiletés d'enseignement, de pratique et de recherche, d'un noyau de personnes ressources qui deviendront capables d'articuler, d'évaluer et de diffuser les nouvelles méthodes d'intervention nécessaires pour répondre aux besoins de leur pays.

Dans cette optique, l'École de service social de Laval a amorcé il y a plusieurs années bon nombre de projets visant à concerter les efforts et à aider les établissements d'éducation en service social dans les pays hôtes, tant au niveau du développement de leurs programmes que de leurs ressources humaines. Ces projets visent aussi l'amélioration des conditions de vie et contribuent à l'identification et à la concrétisation des changements nécessaires et souhaités dans un contexte de développement intégré. Un certain nombre de cadres pédagogiques des pays étrangers, suite à l'obtention de subventions et de bourses, ont pu venir à l'Université Laval afin de compléter une maîtrise ou un doctorat.

Les professeurs de Laval effectuent par ailleurs des missions de courte ou moyenne durée pour dispenser des enseignements, donner des consultations, effectuer des recherches, ou encore contribuer au développement des programmes de formation ou de formation continue. Des services concrets sont rendus, comme par exemple, le support apporté aux bibliothèques afin de les aider à développer une documentation professionnelle pertinente et actuelle et d'autres supports techniques dans les cas où le projet est appuyé par les bailleurs de fonds à l'extérieur de l'Université.

Ces efforts de coopération ne sont pas seulement utiles aux pays avec qui la coopération s'établit, mais constituent aussi un enrichissement pour l'École, ses professeurs et ses étudiants. Les partenariats ainsi constitués favorisent la continuité des liens et permettent des associations à long terme entre l'École de service social de Laval et les établissements de formation à l'étranger.

 
Coopération avec le Liban

Depuis 1979, sous la direction à l'époque de Monsieur Jacques Laforest, l'École s'est engagée dans un projet de collaboration institutionnelle avec l'Université St-Joseph de Beyrouth et l'École libanaise de formation sociale (ELFS), où la formation pratique a eu une place importante. En effet, entre 1999 et 2005, grâce à cette collaboration, l'École a réalisé des stages internationaux de premier cycle à Beyrouth et à Saïda presque à chaque année, dépendamment de la situation politique souvent instable dans cette région. Les échanges des professeurs pour de courtes missions d'enseignement et une subvention de l'Agence canadienne de développement international (ACDI) ont permis à ce projet de contribuer à la formation de cadres pédagogiques et d'assurer un rayonnement important auprès des travailleurs sociaux du Liban. La collaboration se poursuit.

En 2006, l’Université Laval et l’Université Saint-Joseph à Beyrouth signait un accord cadre de collaboration qui a donné lieu en 2009 à la signature d’un protocole de mobilité étudiante aux 1er et 2e cycles dans le cadre du Profil international. Par contre, compte tenu de la situation politique encore instable au Liban, aucun étudiant du Québec n’a encore été autorisé  à  effectuer un stage international.

 
Coopération avec le Chili

L’école maintient depuis plusieurs années une relation de coopération avec  l'École de travail social de l'Université de Concepción au Chili. Amorcé au milieu des années 1990,  ce projet a débuté par un soutien au développement du Programme de maîtrise en politiques sociales de l’école partenaire.   Les professeurs Laval Doucet et Elaine Carey-Bélanger  ont enseigné dans ce nouveau programme de 1996 à 2000 et  Mme Carey-Bélanger poursuit  toujours cette collaboration à titre de professeure associée.

Des stages pour les professionnels et des échanges d'étudiants en stage ont été intégrés au projet à partir de 2003. Depuis cette date, une dizaine d’étudiantes de l’École de service social de l’Université Laval ont effectué leur dernier stage de baccalauréat à Concepcion. Cinq étudiantes de l’École de service social de l’Université de Concepcion ont pour leur part réalisé un stage à Québec. Ces échanges s’inscrivent dans le cadre du profil international et font l’objet d’une entente de partenariat formelle entre les deux universités. Le protocole d’échange a été renouvelé pour 5 ans en 2009 et prévoit maintenant la possibilité pour les étudiants de deuxième cycle chiliens et canadiens d’effectuer une session d’étude dans l’établissement partenaire. 

Les contacts entre les professeurs des deux écoles se poursuivent toujours et donnent à cette relation de coopération un caractère dynamique. Les professeurs Serge Dumont et Pierre Turcotte ont séjourné à Concepcion en janvier 2008 et ont été accueillis par les collègues de l’École partenaire. Les professeures Isis Chamblas et Tatiana Sanhueza nous ont pour leur part visité en avril 2009. Le professeur Turcotte est retourné à Concepcion en janvier 2010 et y a notamment présenté des conférences sur la violence familiale.

 
Les stages internationaux et interculturels

L’école participe au programme de stages internationaux et interculturels mis en place par le bureau international de l’université. Au cours des dernières années, des étudiantes de l’école ont pu effectuer leur dernier stage de baccalauréat dans des pays comme le Sénégal (2 étudiantes), l’Inde (2 étudiantes) et le Mali (4 étudiantes). Dans ce dernier cas, les stages en organisation communautaire s’inscrivent dans le cadre d’un projet de coopération impliquant d’une part les Centres de santé et de services sociaux (CSSS) du Grand-Littoral et de la Vieille-capitale et, d’autre part, la Fédération nationale de santé communautaire du Mali. Les étudiantes qui prennent part à ce projet sont supervisées par des professionnelles des deux CSSS avec lesquelles elles effectuent également un premier stage dans la région de Québec.

 
Les questions interculturelles et les rapports avec les autochtones

Avec l’apport croissant de l’immigration ajouté à la diversité existante au sein de la population de la ville et de la province de Québec, pensons notamment à la présence autochtone, à la population de langue maternelle anglaise ainsi qu’aux gens issus d’anciennes vagues d’immigration, le programme de formation en service social porte un intérêt marqué aux spécificités de l’intervention dans un contexte de diversité culturelle. En outre, la présence d’étudiants étrangers et d’étudiants issus de l’immigration au sein du programme enrichit les possibilités en ce qui concerne les stratégies visant à intégrer la dimension interculturelle de façon transversale dans l’ensemble de la formation et des cours proposés. Par ailleurs, deux cours portant spécifiquement sur le sujet sont offerts, l’un au baccalauréat (Intervention en contexte interculturel), l’autre à la maîtrise (Diversité culturelle et intervention sociale). De plus, plusieurs professeurs réalisent des recherches abordant des questions relatives à la diversité et à l’immigration. Un nombre croissant d’étudiants des cycles supérieurs font également porter leurs recherches ou leurs  projets d’intervention sur des thématiques reliées à l’immigration et à la diversité culturelle en général. Ces dernières années, des étudiants ont abordé des sujets d’une grande pertinence comme les représentations que se font les réfugiés des services offerts par la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ), la construction des réseaux sociaux de soutien chez les immigrants établis hors des centres urbains ou encore les parcours d’insertion à l’emploi chez les femmes immigrantes et les stratégies déployées par celles-ci pour y arriver.